Quoi de neuf?

Connaissez-vous les chiens d’assistance pour diabétiques ?

Quand on est diabétique, il est essentiel d’être à l’affût des moindres signes d’une fluctuation de la glycémie. Vertiges, sueurs, maux de tête, irritabilité, fatigue doivent être pris très au sérieux quand on est insulinodépendant. Mais que faire quand on est asymptomatique et touché par le diabète de type 1 ?

Des chiens qui sentent le diabète

Quand la glycémie sort des valeurs cibles, les variations chimiques dégagent une odeur que les chiens peuvent percevoir. En effet, lorsqu’une personne tombe en hypoglycémie, elle affiche un taux d’isoprène plus élevé, selon une étude de l’Université Cambridge qui a fait l’objet d’un article publié dans la revue Diabetes Care.

Depuis quelques années, on constate que des chiens qui sont entraînés à réagir lorsqu’ils flairent l’odeur de la maladie, sont aussi capables d’alerter leur maître quand il risque de se trouver en hypoglycémie ou en hyperglycémie. Le chien avertit alors son maître du danger : coup de museau, comportement caractéristique, jusqu’à ce qu’il y ait correction de la situation.

Un taux de détection de 83% des hypoglycémies

Une étude britannique publiée dans la revue PLOS One arrive à la conclusion que des chiens dressés pour alerter leur maître diabétique de type 1 d’une éventuelle hypoglycémie ou hyperglycémie, sont capables de détecter, avec un taux de réussite de 83%, une trop forte chute de la glycémie (hypoglycémie), ou encore, avec une efficacité de 67%, une hausse dangereuse du taux de sucre dans le sang (hyperglycémie).

La force du lien entre le chien et son maître joue sur la performance

Plus l’animal et son maître sont proches, plus les chances de succès sont grandes. Un chien qui a commencé par être l’animal de la famille, va développer une relation plus renforcée faisant augmenter le taux d’efficacité du dépistage des fluctuations dangereuses de la glycémie. À l’inverse, les longues heures de séparation, par exemple, lorsque l’enfant va à l’école, vont affecter la performance de l’animal.

Des écoles de dressage près de chez vous

La Fondation des Lions du Canada entraîne des chiens-guides pour prévenir des chutes brutales de sucre dans le sang. Le chien apprend à flairer un début d’hypoglycémie et à alerter son maître pour qu’il corrige la situation. L’animal peut aussi aviser un membre de la famille ou activer un système d’appel d’urgence si nécessaire.

Destinés à procurer un sentiment de sécurité et de confiance, ces chiens sont offerts aux personnes insulinodépendantes âgées de 10 ans et plus, selon certains critères d’admissibilité. Ils permettent aussi de trouver ou de retrouver une indépendance, impossible à imaginer quand ils ne peuvent prévoir l’occurrence d’une hypoglycémie sévère. Il faut noter toutefois, qu’en ce moment, en raison de la pandémie, tous les programmes sont en pause.

Il existe aussi, au Québec, une école de dressage canine, la Fondation Corazόn du Québec, qui entraîne des chiens à la détection de l’hypoglycémie et l’hyperglycémie.

Pendant que la recherche s’active pour trouver un remède au diabète de type 1, les ressources se multiplient pour améliorer la qualité de vie de nos jeunes insulinodépendants et augmenter leur sécurité.

Comme quoi le chien est bien le meilleur ami de l’homme 😊

 

1 Chiens détecteurs de diabète : une efficacité confirmée – Sciences et Avenir How effective are trained dogs at alerting their owners to changes in blood glycaemic levels?: Variations in performance

Comment les chiens d’assistance aident les Canadiens atteints de diabète | Sun Life Fondation des Lions du Canada

https://fb.watch/2agOZH6K4J/ www.facebook.com/Fondation-Corazõn-du-Québec-188094247975110